La gauche portugaise est prête

 

à tourner la page de l’austérité

 

CATHY CEÏBE
DIMANCHE, 8 NOVEMBRE, 2015
L'HUMANITÉ

 

La vie politique portugaise est à un tournant. Les partis de gauche pourraient conclure un accord parlementaire qui mettrait un terme à l’exécutif de droite de Pedro Passos Coelho, qui était censé être investi durant les deux journées parlementaires qui s’ouvrent ce lundi.

Lisbonne (Portugal), envoyée spéciale. On peut encore voir sur les grandes artères de Lisbonne des traces de la campagne des législatives du 4 octobre. Et pourtant, depuis l’issue de ce scrutin où la gauche est devenue majoritaire à l’Assemblée, tout s’est précipité au Portugal. Le paysage politique est désormais suspendu à un fil, plus exactement au fil du rasoir des négociations qu’entretient le Parti socialiste, de manière séparée, avec les autres formations de gauche, en vue de trouver un accord parlementaire à même de tourner la page après quatre longues années d’austérité qui ont lessivé le pays.

Ce pacte, qui fait la une des journaux depuis plusieurs semaines, mais dont on ne connaît pas encore tous les tenants et les aboutissants, devrait également ouvrir la voie à la constitution d’un gouvernement socialiste. Le PS a déjà gouverné par le passé. Mais cette fois-ci, chose inédite, sa future gouvernance sera conditionnée à une entente parlementaire avec le Bloc de gauche, le Parti communiste et son allié électoral de la Coalition démocratique unitaire, le Parti écologisteles Verts. Tout peut encore basculer tant les pressions sont fortes. Les deux journées parlementaires qui s’ouvrent aujourd’hui à l’Assemblée vont être cruciales, notamment pour l’exécutif de droite de Pedro Passos Coelho, sous le coup de trois motions de rejet.

Lire la suite