Bernie Sanders remporte les caucus démocrates du Wyoming

 

LE MONDE | 09.04.2016 à 23h25 • Mis à jour le 10.04.2016 à 00h34 |Par 

 
Bernie Sanders, le 9 avril, dans le Bronx.

Le sénateur indépendant du Vermont Bernie Sanders avait été laminé par sa rivale pour l’investiture démocrate, Hillary Clinton, lors des deux « Super tuesdays » organisés le 1er et le 15 mars. Il a pris sa revanche en alignant une série de sept victoires consécutives dont la dernière a eu pour cadre le Wyoming, samedi 9 avril. Cet Etat de l’ouest américain est caractérisé comme la majorité de ceux remportés précédemment par le sénateur par la part relativement faible qu’y occupe la communauté afro-américaine, qui vote majoritairement en faveur de l’ancienne secrétaire d’Etat.

 Lire aussi la tribune :   Pourquoi Bernie Sanders résiste à Hillary Clinton

Le succès enregistré par M. Sanders lors des caucus de samedi lui permet deréduire l’écart avec Mme Clinton en nombre de délégués, mais de manière marginale. Depuis le début de la saison des primaires partisane, le 1er février dernier dans l’Iowa, l’ex-secrétaire d’Etat a remporté quelque 250 délégués de plus que son rival (1 281 contre 1 028). En y ajoutant les super délégués, élus et responsables du parti libres de leur choix, son avantage est encore plus conséquent (au dernier pointage, 469 super délégués ont affiché leur préférence pour l’ancienne First Lady quand M. Sanders n’en compte que 31). Il faudra 2 383 délégués pour décrocher l’investiture lors de la convention de Philadelphie au mois de juillet.

 Lire aussi l’analyse :   Bernie Sanders résiste dans la course démocrate

Mme Clinton donnée en tête à New York

Comme dans le Wisconsin, mardi 5 avril, le mode d’attribution des votes pour la convention d’investiture de Philadelphie en vigueur dans le Wyoming permet par ailleurs à l’ancienne secrétaire d’Etat d’obtenir malgré sa défaite un nombre de délégués élus honorable. En ajoutant les quatre super délégués, elle pourrait même y devancer au final le sénateur indépendant.

Lire aussi le portrait :   Bernie Sanders, un Américain tombé dans le chaudron de la gauche

Mme Clinton a limité les dégâts samedi alors qu’elle avait choisi de ne pas fairepersonnellement campagne dans cet Etat − au contraire de M. Sanders − en se contentant d’y dépêcher son mari. Car elle compte reprendre l’avantage en termes de victoires le 19 avril dans son Etat d’élection, New York, où 291 délégués sont en jeu, contre 14 seulement pour le Wyoming (288 étaient attribués, au total, dans les six autres États remportés par M. Sanders). Elle mise également sur les principaux Etats qui se prononceront une semaine plus tard, le 26 avril : la Pennsylvanie (210 délégués) et le Maryland (118 délégués).

Mme Clinton est pour l’instant donnée en tête à New York, Etat natal de M. Sanders dont elle a été la sénatrice et où elle réside, comme en Pennsylvanie et dans le Maryland. L’ex-secrétaire d’Etat, qui en a été la sénatrice de 2001 à 2009, considère New York comme son territoire personnel. C’est là qu’elle a lancé sa campagne, il y a quasiment un an jour pour jour, et qu’elle a établi son QG national. Bernie Sanders a rappelé lui aux électeurs qu’il était né et avait grandi dans le quartier de Brooklyn.

Lire aussi le compte-rendu :   Bernie Sanders lance un défi à Hillary Clinton à New York