Le succès fulgurant d’une cagnotte de soutien lancée par des artistes et intellectuels commme Etienne Balibar, Laurent Binet, Dominique Cabrera, Antoine Comte, Didier Daeninckx, Robert Guédiguian, Bernard Lavilliers, Luc Leclerc du Sablon, Corinne Masiero, Gérard Mordillat, Jean-Marc Salmon, Jacques Tardi… Les paroles des citoyens usagers, des rencontres avec d’autres salariés en lutte… Le pouls d’un mouvement inédit.

Un « crowdfunding » inédit. Une collecte qui, passé le premier effet de surprise, révèle « des trésors de générosité », comme le dira l’un des organisateurs, et une prise de conscience de l’enjeu que représente la bataille des cheminots, le service public.

Lancée le 9 avril dernier sur le blog Mediapart du sociologue Jean-Marc Salmon, soutenue par une trentaine d’intellectuels, d’écrivains, d’artistes, la cagnotte, baptisée « Solidarité avec les cheminots grévistes », vient de franchir la barre des 800 000 euros versés par plus de 22 000 contributeurs.

Lundi dernier, à la bourse du travail de Paris, sous l’œil goguenard de Jean Jaurès dont le buste trône au fond de la salle, syndicalistes et intellectuels se sont retrouvés une première fois depuis le lancement de cette initiative. Les quatre responsables des fédérations cheminotes, mais aussi Philippe Martinez et Bernard Thibault étaient là, aux côtés du philosophe Étienne Balibar, de l’écrivain Didier Daeninckx, du cinéaste et écrivain Gérard Mordillat et de la cinéaste Dominique Cabrera. « Cette cagnotte montre un vrai soutien de l’opinion publique et des usagers et contribue à casser ce sentiment d’isolement et de fatalisme que peuvent éprouver certains cheminots », dit Laurent Brun, secrétaire de la CGT cheminots. Même sentiment chez Roger Dillenseger, secrétaire de l’Unsa ferroviaire, pour qui cette cagnotte « met en évidence la solidarité nationale C’est d’autant plus intéressant que des intellectuels portent cette initiative ». « Après des semaines de “cheminot bashing”, c’est la traduction d’un soutien populaire », ajoute Erik Meyer, secrétaire de SUD rail tandis que, pour Philippe Martinez, « cette cagnotte, c’est le symbole de cette bataille contre la division ».